L’objet étranger : actualité des classiques français en Argentine

Magdalena Cámpora

Rarement les dictionnaires remettent-ils en cause la vulgate sur l’influence constitutive de la littérature française sur la littérature argentine1 : pour preuve, le Dictionnaire des Littératures française et étrangères publié par Larousse en 1981, qui est un merveilleux abrégé des poncifs en la matière. On y parle de Lugones « ouvert à l’influence de diverses écoles poétiques françaises » ; de Buenos Aires, ville moderniste où l’on trouve des « disciples de Leconte de Lisle et de Heredia » ; de Mallea et Sábato, « écrivains de premier rang fortement marqués par l’existentialisme français » ; des « romans proustiens » de Mujica Láinez et des « romans zoliens » de Cambaceres ; de Cortázar « naturalisé français en 1981 » ; d’Echeverría, « qui applique à son pays les théories des premiers socialistes français » et dont les « premiers poèmes sont inspirés du premier romantisme français2 ». Les implications idéologiques de ces notices de dictionnaire faites à Paris, essentiellement construites à partir des notions de centre et de périphérie, sont significativement complétées en Argentine par la circulation massive et soutenue d’auteurs français dès le XIXe siècle : aussi le discours prescriptif, produit en France, définissant la nature modélisante de la littérature française, serait-il ratifié en Argentine par une présence éditoriale majeure, qui atteint son point le plus haut avec l’essor de l’édition nationale dans la première moitié du XXe siècle3.

Or il faut bien noter que cette présence s’est dès le départ caractérisée par une étonnante assimilation éditoriale des œuvres françaises classiques au contexte argentin : adaptation des notes biobibliographiques, des paratextes et des péritextes à l’actualité argentine ; aggiornamento des illustrations ; mise en rapport avec la production littéraire nationale ; élaboration de collections qui transforment les fictions françaises en textes pratiques, en pamphlets politiques, en succès commerciaux : brouillage, en somme, des coordonnées spécifiques qui marquent la nature étrangère du texte. Ces opérations éditoriales, qui étaient le signe de la créativité du marché éditorial argentin et du rayonnement du littéraire, obligent ainsi d’une part à relativiser les perspectives critiques qui lisent de manière unidirectionnelle les processus de réception et d’adaptation, et à analyser, de l’autre, les transformations d’un capital symbolique qui semble aujourd’hui répondre à des exigences et à des intérêts nouveaux. L’observation indique en effet que la situation actuelle des classiques de la littérature française dans le champ éditorial argentin est toute autre et que, contrairement au passé, la nature étrangère et l’aura d’œuvre secrète, en marge d’éventuelles applications pragmatiques de la fiction, sont intentionnellement mises en relief par l’édition contemporaine. C’est donc en suivant les péripéties éditoriales de quelques auteurs français du XVIII et du XIXe siècle, au sud de l’équateur, tout au long du XXe siècle et jusqu’à nos jours, que nous essaierons de cerner la place actuelle d’une littérature étrangère jadis considérée (et éditée) comme un modèle littéraire, politique et social, et dont le capital symbolique semble désormais consacré à d’autres fins.

*

L’espace occupé par la littérature française en Argentine se reflète d’emblée dans la circulation massive et soutenue de textes français dès le XIXe siècle. Il y a d’abord les traductions publiées en France et exportées en Amérique du Sud, notamment celles de Garnier Frères4. L’activité sud-américaine de la maison parisienne aurait commencé selon Jean-François Botrel5 dès 1830, avec l’exportation de livres obscènes difficiles à imprimer à Buenos Aires et dont, paraît-il, « les Argentins étaient friands6 ». Cependant avec le siècle le catalogue va en s’étoffant, et au Libertin de qualité et à La Messaline française s’ajoutent les grands classiques de la littérature. Il y a, ensuite, au début du XXe siècle, une production massive de livres bon marché, vendus dans les kiosques, qui pour la plupart sont des traductions de titres français. Deux exemples sont particulièrement illustratifs. Le premier est la collection « Biblioteca de La Nación » qui paraît entre 1901 et 1920 en supplément du journal conservateur La Nación. Des 875 titres publiés, presque la moitié des auteurs est d’origine française, qu’il s’agisse de Marivaux ou de Jules Verne, de Madame de Staël ou de François Coppée, de Scribe ou de Guy Chantepleure, sans oublier l’inéluctable Balzac, sur lequel on reviendra. Le deuxième exemple est tiré des publications anarchistes et socialistes des années 1920, notamment Los Pensadores et Los Intelectuales, qui éditaient des cahiers hebdomadaires à des prix dérisoires, destinés au lecteur autodidacte7. C’était là un admirable montage rhétorique, qui mêlait la littérature classique aux textes libertaires, et qui publiait Candide entre Malatesta et Lamennais, Les Poètes maudits avec L’ABC du communisme de Boukharine, Le Spleen de Paris avec L’impérialisme, dernière étape du capitalisme8.

C’est néanmoins dans les transformations subies par le roman qu’on mesurera pleinement les modalités d’inscription du livre étranger dans le contexte argentin. L’exemple le plus parlant est peut-être celui de Honorato ou Honorio de Balzac, complice involontaire et proie de maintes alchimies éditoriales, dont la plus violente tient peut-être à sa reconversion en romancier sentimental. Le cas de Balzac est fascinant en ce qu’il montre clairement la grande vitalité des classiques français en Argentine dans la première moitié du XXe siècle : exposé à des processus de manipulation, de piratage et de régénération, Balzac reste un long-seller malléable que les éditeurs ont intérêt à publier. Ceci est particulièrement évident à partir des années 1940, quand Balzac devient une valeur éditoriale sûre : la « tribu de sauvages si célèbres aux environs de Buenos Aires9 » dont Gobseck avait cherché l’or se met alors à faire (un peu) d’or sur Balzac : six versions de El lirio en el valle entre 1944 et 1949, cinq de Eugenia Grandet à la même époque, auxquelles il faut ajouter des nouvelles traductions de La mujer de treinta años (1942, 1944, 1947), La duquesa de Langeais (1943), Los secretos de la princesa de Cadignan (1943), Ursula Mirouet (1944), Honorina (1945, 1946), Maese Cornelio (1941, 1943), La casa del gato que pelotea (1945), sans compter le cycle des célibataires: La solterona (1943), El cura de Tours (1943, 1945), La prima Bette (1943, 1945, 1946)10. On le voit, à Paris comme à Buenos Aires, Balzac est un auteur qui écrit sur les femmes et qui est chéri par elles, même si les publications argentines accentuent sensiblement la lecture de genre (fig. 1) : esthétique de roman à l’eau de rose, inclusion dans des collections de « littérature féminine », choix privilégié de titres aux noms d’héroïne, transformation des textes en manuels descriptifs de « la vie parisienne » et de « la vie élégante ».

Jaquette de Honorina, Honorina (Pierre Grassou – El bolsillo), Illustr. de E. Nardi, Buenos Aires, Sociedad Editora Latino-Americana, 1945. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)
Fig. 1: Jaquette de Honorina, Honorina (Pierre Grassou – El bolsillo), Illustr. de E. Nardi, Buenos Aires, Sociedad Editora Latino-Americana, 1945. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)

D’un point de vue éditorial, tout est fait pour rapprocher ces textes du lectorat féminin, et pour ne laisser aucun doute sur l’identité du lecteur attendu, qui est représenté sous les traits hollywoodiens d’une jeune femme aux cheveux lâchés et tenant un flambeau, sur la couverture de Maître Cornelius (fig. 2). Ce lecteur est encore sous-entendu dans les couvertures des romans, qui ne conservent du complexe écheveau narratif qu’un seul aspect : l’intrigue amoureuse. Certaines scènes, notamment celles d’amour, sont alors représentées comme s’il s’agissait des plans d’un film : la scène de la cassette dans l’Eugenia Grandet de Tor (fig. 3); les offrandes de fleurs à Mme de Mortsauf ; la scène du baiser sur l’épaule dans Le lys dans la vallée. Il y a sans doute une certaine candeur dans ces représentations directes, souvent sommaires, d’images d’amour et de passion. Pourtant les scènes choisies suggèrent la présence en amont d’un lecteur compétent, qui a non seulement su voir la place centrale que ces scènes occupaient dans le roman, mais qui en a deviné la force érotique : les « symphonies de fleurs » de Félix transformées en un seul lys fortement sexué qu’on offre à une femme (fig. 4); la bouche béante, très rouge, d’Henriette de Mortsauf dans l’instant infime où elle ressent sur ses épaules le contact avec les lèvres de l’homme (fig. 5). La commercialisation des œuvres se fait ainsi par la mise en rapport du roman avec un imaginaire social susceptible d’intéresser la femme, tout en suggérant d’éventuelles retombées pratiques. Les Pequeñas miserias de la vida conyugal (1943) trouveront ainsi dans l’esthétique du vaudeville et de l’affiche une mise à jour efficace, qui renvoie à des stéréotypes sur le mariage propres à la culture populaire (fig. 6). Et la présomption d’un savoir spécifique et d’une valeur cognitive du littéraire feront de la Physiologie du mariageun ouvrage sur la sexualité et le couple, inclus dans la collection Eros (fig. 7). L’étude de Balzac est le sixième volume d’une collection qui est, comme l’annonce la page de garde, « sous la direction du Dr. Juan Lazarte11» et qui contient, entre autres, une Sociologie de la prostitution, la Physiologie de l’amour moderne de Paul Bourget, un ouvrage sur l’Amour et le mariage et un Manuel de la sexualité et du mariage initialement publié à New York en 193512. On peut à bon droit se demander quelle est la part de deuxième degré dans une collection qui a pour logo un Cupidon joufflu et rose et qui mélange allègrement des manuels de sexualité écrits par des médecins américains avec les méditations railleuses et désenchantées sur l’amour de Paul Bourget. Ce qui est sûr en tout cas, est que, d’une part, la popularité de Balzac est telle qu’elle lui permet d’intégrer n’importe quelle collection ou support, et que, de l’autre, son succès ne tient pas nécessairement au prestige académique ou canonique d’une littérature réputée centrale.

Fig. 2: Couverture de Maese Cornelio, illustr. de Fossey, Buenos Aires, Croquis, 1941. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)
Fig. 2: Couverture de Maese Cornelio, illustr. de Fossey, Buenos Aires, Croquis, 1941. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)

Fig. 3: Couverture de Eugenia Grandet, illustr. de Palau, Buenos Aires, Tor, 1944. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)
Fig. 3: Couverture de Eugenia Grandet, illustr. de Palau, Buenos Aires, Tor, 1944. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)

Fig. 4: Couverture de El lirio en el valle, illustr. de Palau, Buenos Aires, Tor, 1946. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)(Biblioteca Nacional de la República Argentina)
Fig. 4: Couverture de El lirio en el valle, illustr. de Palau, Buenos Aires, Tor, 1946. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)(Biblioteca Nacional de la República Argentina)

Fig. 5: Couverture de El lirio en el valle, s/nom d’illustr., Buenos Aires, Molino Argentina, 1946. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)
Fig. 5: Couverture de El lirio en el valle, s/nom d’illustr., Buenos Aires, Molino Argentina, 1946. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)

Fig. 6: Couverture de Pequeñas miserias de la vida conyugal, illustr. de Czaid, Buenos Aires, Editorial de Grandes Autores, 1943. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)
Fig. 6: Couverture de Pequeñas miserias de la vida conyugal, illustr. de Czaid, Buenos Aires, Editorial de Grandes Autores, 1943. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)

Fig. 7: Page de garde de Fisiología del matrimonio, Buenos Aires, éd. Partenón, 1946, Coll. “Eros”. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)
Fig. 7: Page de garde de Fisiología del matrimonio, Buenos Aires, éd. Partenón, 1946, Coll. “Eros”. (Biblioteca Nacional de la República Argentina)

L’engouement général explique même le curieux retour de Balzac au feuilleton : Amor enmascarado(L’amour masqué ou Imprudence et bonheur) paraît en 1924 en plusieurs livraisons dans La Novela Semanal13. Mais le plus singulier est qu’il s’agit là d’un apocryphe. Étrange retour des choses, qui ramène Balzac un siècle plus tard aux supports et aux mœurs de librairie de ses débuts, et qui popularise à Buenos Aires un auteur devenu canonique en France, avec les dangers philologiques que cela comporte : faux, traductions mauvaises, coupures du texte. Tout ceci accompagné néanmoins d’une extraordinaire popularité qui fait de Balzac « l’idole brisée des femmes qui sentent14 ». Notre romancier est en effet devenu un objet de consommation courante qu’on peut librement adapter à un marché ciblé : ses livres se vendent, et se vendent bien, ce qui lui aurait d’ailleurs permis d’accomplir en Argentine son rêve de vivre des ventes de librairie. On trouvera dans la même situation d’autres auteurs classiques français, exposés à des processus similaires de reconversion et de manipulation. Ces ouvrages, qui circulent dans les bibliothèques, les kiosques, les espaces domestiques, font ainsi doucement leur chemin et finissent par constituer un public lecteur qui leur est acquis.

Pourtant, à partir des années 50, la dynamique s’essouffle et les combinaisons éditoriales ingénieuses qui renouvellent la littérature française classique en Argentine se font plus rares. À ceci, on peut avancer diverses réponses, dont la plus convaincante est peut-être la sophistication du champ éditorial argentin et l’importation, traduction et divulgation d’auteurs étrangers contemporains15. Les textes français des XVIII et XIXe siècles languissent alors dans des collections de « Grandes Obras », d’« Obras inmortales », de « Clásicos universales ». Une logique commerciale, selon laquelle les classiques français ne se vendent plus, ou se vendent moins bien, est aussi à l’œuvre. Sans vouloir faire d’élégie passatiste, il semble bien qu’un certain lectorat argentin féru de littérature et de culture françaises soit en train de disparaître, ou qu’il ait déjà disparu : on peine en effet de nos jours à retrouver les autodidactes qui attribuaient au français et à sa littérature un prestige et un savoir dont ils pourraient opportunément se servir (ce qui faisait dire à l’Astrologue des Sept fous de Roberto Arlt qu’il fallait créer des académies pour étudier comparativement la Révolution française et la Révolution russe16) ; cette classe moyenne cultivée qui préférait le français à d’autres domaines culturels ; de manière caricaturale et à gros traits, enfin, ces anciennes élèves d’institutions privées pour qui les belles-lettres étaient le corollaire naturel de leur appartenance sociale. (On peut en voir encore de ces dames à Buenos Aires, notamment à la Oficina del Libro Francés de la calle Esmeralda, entourées de ficus, écoutant du Mozart, régnant sur des étagères presque vides qui contiennent quelques éditions de Hugo, de La Bruyère, des classiques Larousse, qu’elles vendront aux élèves du Lycée français Jean Mermoz ou de l’Alliance française, public captif s’il y en a). L’expérience quotidienne auprès des étudiants de Lettres argentins confirme jusqu’à un certain point la situation, en particulier par rapport à l’anglais. On oscille alors entre des moments de grand bonheur et des abîmes de découragement, indistinctement provoqués par la désespérante mutation de Charles Bovary en Tcharls Bovary17, par une brillante analyse rapprochant Céline et un jeune auteur argentin ou par l’ultime reconversion du Nouveau Roman en New Roman. Cette dernière maladresse, due aux logiciels de traitement de texte, montre à quel point l’anglais est inscrit par défaut dans nos instruments de travail, et le peu de cas que font les Word et autres Office de la littérature française, ce qu’on voit par ailleurs parfaitement dans les corrections orthographiques prédéterminées qui transforment Le père Goriot en Papá Gorrito (‘Père petit bonnet’ en espagnol), la princesse de Cadignan en princesse de Cardigan et Paul Valéry en Baúl Valéry (‘Coffre Valéry’). Ces détails, qui sont amusants, n’en demeurent pas moins le signe d’un repli.

En même temps, et ce n’est pas la moindre des contradictions de l’affaire, cette désinvolture incite les éditeurs à récupérer les usages éditoriaux du début du XXe siècle et à manipuler parfois cavalièrement un corpus de classiques qui a perdu toute solennité, et qui continue à avoir une présence dans le marché des livres argentins. Diverses raisons, par moments contradictoires, expliquent cette survie : l’insouciance dans le traitement des classiques français, qui permet une réappropriation beaucoup plus vive des textes, un aggiornamento constant18; un prestige, ensuite, qui assure des comptes rendus réguliers dans les suppléments littéraires des grands journaux ; le statut de classique à usage universitaire et scolaire, qui explique l’existence de collections de prestige comme « Colihue Clásica », qui offre des versions tenant compte de l’espagnol d’Argentine, accompagnées de dossiers critiques solides ; une dimension commerciale enfin, que justifiaient auparavant les ventes et les marges de profit (le cas Balzac) et que justifie aujourd’hui une logique financière fort différente, mais tout aussi efficace pour la production de livres : la logique de la subvention. Qui publie des classiques français en Argentine aujourd’hui, et pourquoi ? Le domaine n’est évidemment plus aussi concurrentiel que dans la première moitié du XXe siècle. Ainsi, dans le marché terriblement compétitif de l’édition en Argentine, avec la mainmise des ressources par des holdings internationaux (Random House, Grupo Prisa, Planeta) qui s’intéressent peu à ce corpus, les raisons qui poussent les maisons d’édition indépendantes à publier de la littérature française sont d’abord économiques : il y a d’abord les aides financières ; il y a ensuite les opérations sur les textes libres de droits. Les deux motivations sont du reste parfaitement combinables (et sensiblement avantageuses d’un point de vue économique). Pour ce qui est des subventions, le programme spécifique est celui d’aide à la coédition « Victoria Ocampo » de l’Ambassade de France en Argentine, destiné « aux éditeurs d’Amérique Latine qui souhaitent inclure des auteurs français au sein de leurs catalogues19». Ce programme, extrêmement actif (plus de 800 ouvrages publiés à ce jour), aide les éditeurs à s’acquitter des droits, subventionne les traductions et contribue financièrement à la production des livres. Or, comme il arrive souvent dans ce genre de logiques, le système de subvention configure l’objet subventionné :collections crééesad hoc, traductions sur mesure. La collection « Trazos » de Libros del Zorzal propose ainsi des « gemmes » de la littérature mondiale qui sont en fait des « gemmes » de la littérature française : lesMémoires d’un foude Flaubert,Ellis Islandde George Perec,Sur la lecturede Proust,Mermozde Joseph Kessel ; des 26 titres qui composent la collection, 20 sont français. Certaines petites maisons semblent même vivre presque exclusivement du Programme Victoria Ocampo. En l’occurrence Dedalus Editores, qui se présente sans détours comme une Bibliothèque bilingue cherchant à « renouveler les classiques de la littérature française grâce à la traduction ». Ce qui nous amène à un deuxième effet, nettement positif, des politiques de subvention : le renouveau constant des fonds de traduction. Pour ce qui est de la Bibliothèque bilingue Dedalus, les résultats sont plutôt surprenants, comme le montre par exemple « la première édition argentine de Pantagruel20», publiée en 2008, qui jalonne le texte de Rabelais de tournures idiomatiques locales. Le faubourg Saint-Marceau (chapitre 11) où se promènent Pantagruel et sa suite y devient el arrabal Saint-Marceau,et les gaudrioles de Panurge sont traduites avec des contrepèteries que seuls des élèves du secondaire de Buenos Aires peuvent comprendre : « À beau con le vit monte » (chap. 13), dit Panurge à une haute dame de Paris ; « Lápiz japonés », écrivent les traducteurs de la Bibliothèque bilingue Dedalus, reprenant pour leur compte un calembour scolaire des plus communs. Cette intrusion de la réalité argentine la plus ordinaire dans un texte français de la Renaissance aurait sans doute ravi Borges, pour qui les choix de traduction les plus intéressants sont toujours ceux qui transposent dans l’original la réalité et la littérature de la langue d’arrivée21. On est bien loin en tout cas des critères de traduction employés au siècle dernier, quand il s’agissait de construire une langue neutre, sans registres ni particularités dialectales, susceptible d’être vendue dans le reste de l’Amérique hispanique. À l’opposé, la traduction de Pantagruel, qui privilégie les argentinismes et les variantes locales, est une conséquence directe de la sécurité que donne le financement préalable. Les possibilités de diffusion transnationale de l’œuvre s’en trouvent certes limitées, mais la capacité de distribution de ces petites maisons d’édition l’est tout autant.

Une dynamique étrange se met ainsi en place, où les textes classiques deviennent en Argentine des textes pourhappy few. Les « editoriales independientes » n’hésitent d’ailleurs pas à profiter de ce que Borges appelait « la plus sincère des passions argentines22» (le snobisme) et à offrir des éditions extrêmement inventives de textes du XVIII et du XIX présentées comme des perles qu’on réserve au lectorat le plus sophistiqué. L’Antología del Decadentismo (1880-1900), dont le sous-titre est « Perversion, neurasthénie et anarchie en France »(fig. 8), en est un excellent exemple. La sélection, faite par Claudio Iglesias pour Caja Negra editora, recueille des textes d’auteurs fin-de-siècle ; l’ouvrage est agrémenté d’une annexe avec des portraits acides de Schwob, de Richepin, d’Huysmans et autres « décadents », qui sont un clin d’œil aux biographies synthétiques publiées par Borges dans El Hogar. L’anthologie, qui a fait l’objet de deux rééditions, est un succès de librairie : succès non seulement provoqué par la perversion et la neurasthénie promises en couverture, mais par le fait qu’on présente ces textes comme des hapax qu’on ne trouve plus du tout ailleurs. Ce qui n’est évidemment pas vrai puisqu’on les trouve partout, c’est-à-dire sur Internet et plus précisément sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF. On arrive ainsi à des situations paradoxales, où l’extrêmement petit contient l’extrêmement grand, et où cette aporie est camouflée par une esthétique précieuse. La même opération apparaît dans la collection « El libertino erudito23», qui emploie au sens large, très astucieusement, une notion appartenant aux études littéraires du XVIIe siècle. Le Testament du curé Meslier (fig. 9), Le traité des trois imposteurs (fig. 10), deux des Cinq dialogues faits à l’imitation des anciens de La Mothe Le Vayer (fig. 11), les Merveilleux Secrets de la nature, la reine et la déesse des mortels de Vanini (fig. 12) sont quelques uns des textes du catalogue. Il s’agit pour la plupart de manuscrits clandestins datant du XVIIe, que les philosophes des Lumières avaient allégés et fait imprimer afin d’en faciliter la circulation hors des cercles des libres-penseurs (le Testament du curé Meslier tel qu’il est imprimé à Buenos Aires reprend par exemple la version abrégée qu’en avait faite Voltaire24). Deux choses attirent singulièrement l’attention. La première est que ces textes, accompagnés dans les éditions argentines d’études solides et fouillées faites par des spécialistes, destinées au lecteur universitaire mais aussi au lecteur commun, sont difficilement trouvables au format papier en France, pas même dans des éditions savantes. Il n’existe par exemple aucune traduction en français du texte latin de Vanini, texte pourtant publié à Paris en 1616 chez le libraire Adrien Perier, et qu’il faut aujourd’hui aller consulter dans des éditions du XVIIIe siècle à la Bibliothèque de l’Arsenal (ou sur Google Books). La deuxième consiste dans l’inversion, trois siècles plus tard et à Buenos Aires, de l’opération entreprise par la libre-pensée: si les philosophes cherchaient à rendre ces textes populaires et accessibles à tous, l’éditeur argentin, en insistant sur le caractère rare et érudit des manuscrits clandestins, les renvoie à leur contexte d’origine, qui est un contexte fermé. Ces ressources appartiennent pourtant toutes au domaine public : il suffit de les télécharger pour les avoir entre les mains. Mais le virage pris par l’édition de littérature française classique en Argentine présente cette possession comme quelque chose de rare et de difficile, ce qui confirme bien, encore une fois, à quel point le statut de l’objet littéraire est contextuel.

Fig. 8: Couverture de l’Antología del Decadentismo. Perversión, neurastenia y anarquía en France.1880-1900, Buenos Aires, Caja Negra Editora, 2007.
Fig. 8: Couverture de l’Antología del Decadentismo. Perversión, neurastenia y anarquía en France. 1880-1900, Buenos Aires, Caja Negra Editora, 2007.

Fig. 9: Couverture du Testament du curé Meslier (Coll. « El libertino erudito », Buenos Aires, El cuenco de plata, 2011).
Fig. 9: Couverture du Testament du curé Meslier (Coll. « El libertino erudito », Buenos Aires, El cuenco de plata, 2011).

Fig. 10: Le traité des trois imposteurs (couverture) (trad. Diego Tatián, Coll. « El libertino erudito », Buenos Aires, El cuenco de plata, 2006).
Fig. 10: Le traité des trois imposteurs (couverture) (trad. Diego Tatián, Coll. « El libertino erudito », Buenos Aires, El cuenco de plata, 2006).

Fig. 11: Couverture de l’édition argentine des Cinq dialogues faits à l’imitation des anciens de La Mothe Le Vayer (sélection) (trad. Fernando Bahr, Coll. « El libertino erudito », Buenos Aires, El cuenco de plata, 2005).
Fig. 11: Couverture de l’édition argentine des Cinq dialogues faits à l’imitation des anciens de La Mothe Le Vayer (sélection) (trad. Fernando Bahr, Coll. « El libertino erudito », Buenos Aires, El cuenco de plata, 2005).

Fig. 12: Couverture des Merveilleux Secrets de la nature, la reine et la déesse des mortels de Vanini (trad. Fernando Bahr, Coll. « El libertino erudito », Buenos Aires, El cuenco de plata, 2007).
Fig. 12: Couverture des Merveilleux Secrets de la nature, la reine et la déesse des mortels de Vanini (trad. Fernando Bahr, Coll. « El libertino erudito », Buenos Aires, El cuenco de plata, 2007).

Jusqu’ici, l’état des lieux. Qu’il soit motivé par des politiques de subvention, par des manœuvres éditoriales ou par une façon de faire qui a sans doute un rapport avec l’affect, le renouvellement des textes français des XVIII et XIXe siècle en Argentine dépend majoritairement du travail d’édition. Dans cette perspective, les transformations de la littérature française en disent long sur les transformations de la société argentine. Quand on vendait les classiques français dans les kiosques, quand on les publiait en feuilleton, quand on les transformait en roman sentimental ou en pamphlet politique, c’était pour toucher un public très large ; quand on les présente comme des œuvres pour happy few, c’est pour toucher un public très réduit ?reste à déterminer si c’est là un phénomène d’exclusion, ou un effet des nouvelles conditions de production du littéraire.

 

  1. Vous éviterez cependant le Dictionnaire Universel des Littératures par G. Vapereau, publié par Hachette en 1876, qui consigne bien à la lettre A des entrées pour les littératures allemande et anglaise, mais qui, entre Agostino Argenti (jurisconsulte né à Ferrare au XVIe siècle) et Bertrand (d’) Argentré (auteur d’une Histoire de Bretagne), ne dit pas un seul mot sur la littérature argentine. []
  2. Dictionnaire des Littératures française et étrangères, Paris, Larousse, 1985, p. 98-99. []
  3. De Diego, 2006: 91-124. []
  4. « Garnier Hermanos. Libreros Editores, 6, rue des Saints-Pères ». D’autres maisons sont tout aussi présentes : Armand Colin, « Viuda » de Ch. Bouret, Ernest Leroux, Louis-Michaud, Maisonneuve, Paul Ollendorff, A. Roger et F. Chernovitz. []
  5. Jean-François Botrel, « L’exportation des livres et modèles éditoriaux français en Espagne et en Amérique Latine (1814-1914) », dans Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du XVIIIe siècle à l’an 2000, Jacques Michon et Jean-Yves Mollier (dir.), Presses de l’Université Laval, 2001, p. 219- 240. []
  6. Botrel, 2001 : 231-234. []
  7. Voir à ce sujet l’article de Graciela Montaldo, « La literatura como pedagogía, el escritor como modelo », Cuadernos hispanoamericanos, juillet 1987, n°445, p. 41-64. []
  8. Voltaire, Cándido o el Optimismo, trad. par Antonio Zozaya, Los Intelectuales. Arte e Idea, Avril 1923, an II, nro 55, 48 p. Carlos Baudelaire, El Spleen de Paris, Los Pensadores, 1922. V.I. Lenin, El imperialismo última etapa del capitalismo,1922. Paul Verlaine, Los Poetas malditos, Los Pensadores, 1923. []
  9. Pl., t. II, p. 967. []
  10. Ces traductions sont parfois faites (à des fins alimentaires) par des écrivains de renom : on se reportera par exemple à la version proposée par l’écrivain Leopoldo Marechal de La duchesse de Langeais (Buenos Aires, Emecé, Coll. “Cuadernos de La quimera”, 1943, 237 p.). []
  11. Juan Lazarte (1891-1963) fut un activiste politique anarchiste argentin, brillant intellectuel, médecin de formation, qui divulgua dans différents supports ses vues sur l’hygiénisme, la sexualité et les politiques de santé publique. Pour une analyse plus poussée de la collection « Eros », voir Magdalena Cámpora, “El intérprete imprevisto. Modos de inclusión de la literatura francesa en colecciones argentinas de la década del 40”, Actas del Primer Coloquio Argentino de Estudios sobre el Libro y la Edición, Universidad Nacional de La Plata (sous presse). []
  12. Hannah Stone et Abraham Stone, A Marriage Manual : A Practical Guidebook to Sex and Marriage, New York, Simon and Schuster, 1935. []
  13. Amor enmascarado, s/trad., La Novela Semanal, an 8, n° 342, 1924, p. 53-60. L’amour masqué ou Imprudence et bonheur, traditionnellement placé dans les œuvres diverses de Balzac, est une fausse attribution. Voir à ce sujet l’édition des Bibliophiles de l’Originale, où Jean Ducourneau démontre que le texte n’est pas du romancier (BO, t. XXV, p. 503-505). Sur La Novela Semanal, cf. Margarita Pierini (ed.), La Novela Semanal (Buenos Aires 1917-1927). Un proyecto editorial para la ciudad moderna, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2004. []
  14. Texte de présentation de l’édition de 1947 de El lirio en el valle. []
  15. Le rôle de la revue Sur dirigée par Victoria Ocampo est ici central. Voir à ce sujet l’ouvrage de Patricia Willson, La constelación del Sur. Traductores y traducciones en la literatura argentina del siglo XX, Buenos Aires, Siglo veintiuno Editores Argentina, 2004. []
  16. Roberto Arlt, Los siete locos, Cap. 3, “Sensación de lo subcosciente”, p. 173. []
  17. Et de Charbovari en Tcharbovari. []
  18. La référence à Borges est de rigueur: voir « El escritor argentino y la tradición » (Sur, n°232, janv-févr. 1955). []
  19. Présentation du projet, en ligne : http://www.franceamsud.org/site/2010/08/1952/ [consulté janvier 2011]. Des programmes similaires existent au Chili (Programme Pablo Neruda), au Mexique (Programme Alfonso Reyes) et en Uruguay (Programme Lautréamont). Il existe bien d’autres programmes de subventions à la production du livre en Argentine (Fondo Nacional de las Artes, Opción Libros, etc.) mais seulement le PAPVO est strictement orienté vers la littérature française. []
  20. François Rabelais, Pantagruel, trad. par Eugenio López Arriazu, Ignacio Rodríguez et Ariel Shalom, Buenos Aires, Dedalus, 2008. []
  21. “Los traductores de Las 1001 noches” (1935), LP I, p. 434; OC I, p. 412. []
  22. « El Zahir » (1947), LP I, p. 434; OC I, p. 525. []
  23. La collection appartient à la maison d’édition El cuenco de plata, dont le nom, nous dit-on, est tiré d’une citation de Sei Shônagon, femme écrivain japonaise du Xe siècle: “ Algo elegante : hielo granizado, mezclado con jarabe de bejuco, en un cuenco de plata reluciente.” []
  24. Voir le dossier dans La lettre clandestine consacré à « Voltaire et les manuscrits philosophiques clandestins », n°16, PUPS, 2008. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.