Pourquoi L’objet littérature aujourd’hui

Annick Louis

Au moment où la première ébauche de ce projet a été rédigée, il y a environ deux ans, je n’étais pas sure de l’intérêt que pouvait présenter la réflexion sur l’objet littéraire pour la communauté académique. Je m’interrogeais à l’époque sur les liens qui se tissent entre jugement esthétique évaluatif et interprétation critique, ainsi que sur le rapport qui s’établit entre le savoir et les communautés qui le produisent. L’organisation de ce colloque a montré que depuis ce moment les transformations de l’objet littérature (les textes, leur mode de production et de diffusion), les changements radicaux imposés sur les pratiques savantes liées à la littérature, les bouleversements vécus dans les institutions de gestion de l’enseignement et la recherche en littérature ont construit un espace où le questionnement autour de « l’objet littérature » et de « l’objet littéraire » peut prendre place et se développer.

Pour mener à bien notre réflexion, il semble indispensable d’établir une différence entre le statut des productions littéraires et celui des études littéraires: l’objet littérature et l’objet littéraire. Le premier désigne les textes eux mêmes, en tant qu’artefacts artistiques; le deuxième renvoie aux productions disciplinaires – dans des termes plus précis: à ce que les études littéraires désignent comme étant leur objet. L’objet littérature donne lieu à une réception esthétique, bien qu’il suscite aussi, par ce biais, des formes de savoir; l’objet littéraire constitue essentiellement une forme de savoir sur un autre objet, un autre corps. En ce qui concerne notre réunion, le battement entre les deux, que certains ont perçu, était délibéré: en tant que première étape d’un projet qui entend être continué, ce colloque cherchait à générer des discours sur les productions littéraires et sur nos objets disciplinaires, de façon à mettre en évidence les rapports, de convergence ou de divergence, qui s’établissent entre eux.

L’objectif n’était pas au départ – et n’est toujours pas – de défendre la discipline littéraire, ou la littérature elle-même. J’ai la conviction qu’en tant qu’objets culturels relevant de pratiques sociales leur survie ne peut dépendre de nos débats, quel que soit l’intérêt qu’ils présentent. L’intervention de spécialistes dans le but de défendre la littérature et/ou les études littéraires (ou d’affirmer qu’elles sont en péril) ne peut qu’avoir des effets dérisoires; de tels discours doivent être retournés sur les communautés qui les produisent : que cherche-t-on à défendre lorsqu’on se propose de défendre une discipline? Quelle position adopte-t-on, dans la communauté intellectuelle, et dans la société lorsqu’on le fait? Quelle conception a-t-on de la discipline et de son rôle social? Si, tel que Feyerabend le signalait à propos de The Structure of Scientific Revolution de Kuhn, un glissement entre description, prescription et normativité apparaît fréquemment lorsqu’on décrit le fonctionnement des savoirs, et en particulier lorsqu’il s’agit de phénomènes contemporains, il nous appartient de préciser sur quel territoire nous sommes (Feyerabend 1970).

Transformer la situation actuelle de la littérature et des études littéraires en objet d’étude, en incorporant la réflexion sur le statut de notre discipline à nos objets traditionnels.

Dans ce cadre, le premier pas ne pouvait que prendre la forme d’une réflexion sur l’objet lui-même.

Car le présent que nous vivions il y a deux ans semblait marqué par un processus de dénégation – ce que l’anthropologue Jean Bazin désignait sous l’expression de « processus de d’oblitération savante » (Bazin 1996): les spécialistes de littérature se sont concentrés de façon de plus en plus radicale sur les enjeux internes de la discipline, promouvant une superposition entre objets, discipline et organisation institutionnelle qui évacuait la réflexion sur les frontières (de la discipline), et surtout sur les objets eux-mêmes. La réflexion sur l’objet souffrait de ce processus de dénégation, ce qui entraînait le risque, pour la communauté, de concevoir sa propre spécificité à partir de la défense de ses frontières, définies en fonction de traditions institutionnelles, c’est-à-dire de la prééminence de l’ensemble de pratiques de sélection, de formation et de reconnaissance dont les formes publiques prennent ordinairement un caractère rituel (Fabiani 1997: 43).

Aujourd’hui la situation a évolué. L’étape où on proclame la crise de la littérature ou des études littéraires, et on en discute semble partiellement dépassée. D’autant plus qu’on peut comprendre le stade de professionnalisation de l’activité intellectuelle comme un processus historique, certes complexe, où l’émergence des spécialités, des institutions, des organisations étatiques joue un rôle majeur, mais qui n’incarne pas pour autant l’âge adulte – ni, d’ailleurs, l’âge d’or – de nos disciplines. Tout comme on a pris conscience du caractère historique du découpage disciplinaire qui a amené nos disciplines à fonctionner « en vase clos », et des limites que cette situation imposa à nos savoirs. Désormais il est possible de mettre en place un nouveau type d’interdisciplinarité; une interdisciplinarité non pas prescrite, mais comprise comme une démarche qui articule les disciplines au niveau épistémologique.

Le présent est toujours fuyant. Cependant, nous disposons aujourd’hui d’outils et de concepts venant de différentes disciplines relevant des sciences humaines et des sciences sociales qui nous permettent d’appréhender les pratiques actuelles. Ce sont essentiellement, des perspectives, des outils et des méthodes qui empruntent à un ensemble de disciplines – la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire des savoirs:

  • une approche épistémologique, qui fait éclater les frontières internes de la discipline en proposant de se positionner à la fois à l’intérieur de celle-ci et à l’extérieur ; on peut aussi dépasser ce que Fabiani décrit comme une répartition de territoires qui a eu lieu entre les sociologues (et, plus généralement, les sciences sociales) et les philosophes et esthéticiens: les épistémologues, les philosophes et les esthéticiens se sont octroyés les énoncés, les textes et les oeuvres; les sociologues, ce qui reste des contextes ;
  • la notion d’enquête, qui revendique la matérialité des objets en tant que formes de savoir, non pas étudiés pour eux-mêmes mais inscrits dans un réseaux d’éléments qui constituent un objet; une démarche que les études littéraires peuvent se ré-approprier, en lui accordant une spécificité propre;
  • une approche historique, qui nous permet de pas confondre des réalisations historiques et socialement datées de la littérature (comme celles dans lesquelles nous avons été formés, et dans lesquelles nous avons évolué jusqu’à présent) avec la littérature elle-même.

Les objets sont des entités étranges. On les construit, mais ils agissent également sur nous. Les objets résultent à la fois de nos positions dans une communauté académique, et la déterminent. La réflexion sur l’objet en revanche permet et suscite des croisements disciplinaires.

Les objets sont des choix – dans lesquels entrent en jeu différents facteurs ;cadre institutionnel, traditions interprétatives, compétences personnelles, circonstances de production, dimension et valeur sociale, projection communautaire, insertion disciplinaire, inclinations et goûts, le hasard – tous jouent un rôle, mais certains sont dominants; la hiérarchie qui s’établit entre eux est déterminante. Mais un objet est aussi une réalisation intellectuelle et institutionnelle.

Le renouvellement de nos objets ne constitue donc pas aujourd’hui l’enjeu essentiel. C’est la perspective qu’on projette sur eux, le fait d’incorporer la réflexion, et le questionnement, sur l’objet lui-même, en se positionnant à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de nos disciplines qui peut nous permettre d’appréhender le caractère novateur du présent, et de saisir la potentialité qu’il contient.

Tel que le signale Gérard Lenclud nous ignorons aujourd’hui quel sera le mode d’inscription académique de nos disciplines demain: seront-elles toujours dotées d’une constitution disciplinaire, préservant leur unité proclamée et leur autonomie institutionnelle ? Celle-ci sera-t-elle perdue ? Si Karl Popper avait insisté sur l’impossibilité de prophétiser l’avenir d’une science, ou de se prononcer sur son implantation future dans la constellation disciplinaire, Gérard Lenclud rajoute que la fin d’une discipline, n’est pas nécessairement la fin du monde – ni le terminus d’un savoir (Lenclud 2006). Un constat qui appelle à dépasser tout sentiment de perte ou de nostalgie pour se concentrer sur les possibilités qu’ouvre l’achèvement de l’ère des découpages disciplinaires figés, et d’une spécialisation qui oublie de s’interroger sur ses propres pratiques.

Pour comprendre la transformation de nos savoirs, percevoir leur potentialité présente, nous devons prendre une autre décision qui (comme dirait Fabiani) nous appartient en tant que chercheurs: celle de considérer que la discipline littéraire est un lieu de savoir social (et donc de cesser de considérer qu’il y a des lieux de savoir plus sociaux que d’autres). L’enjeu essentiel relève donc moins de l’articulation de la littérature à une science sociale en particulier, que de la possibilité de penser la place que la discipline littéraire a et pourrait avoir dans la constellation des sciences sociales : car c’est l’absence d’une réflexion sur la dimension épistémologique de l’objet littéraire, qui permette de comprendre la visée sociale de ses objets, de ses méthodologies et de ses théories, qui empêche de poser les bases qui permettraient l’articulation des études littéraires vers les sciences sociales.

Reconsidérer le statut des études littéraires et remettre en question leur façon de se rapporter à leur propre passé, et à celui des sciences sociales peut permettre de saisir une nouvelle spécificité de cette discipline, qui est présente dans les pratiques des spécialistes, mais qui n’a pas encore été étudiée dans sa portée épistémologique.

La décision de considérer la discipline littéraire comme une science sociale doit s’accompagner d’une autre détermination: il ne s’agit pas forcément de prêcher pour une autonomie des facteurs épistémologiques, mais (peut-être) de proposer une plus importante prise en compte de ceux-ci, à une époque où ils semblent avoir perdu leur transcendance ou, en tout cas, leur pouvoir d’intervention sur la gestion institutionnelle. Dans cette étape historique où les bouleversements radicaux que subissent nos institutions semblent trouver leur origine à l’extérieur du champ lui-même, il ne semble pas dérisoire d’insister sur le fait qu’en opérant au niveau des objets, on peut aussi transformer la topographie des connaissances et du milieu académique. Une perspective plus vaste de l’histoire des objets de nos disciplines peut permettre de mieux appréhender ces changements, et de conserver une certaine autonomie des objets scientifiques ; elle peut aussi favoriser une meilleure appropriation des modifications apportées par ces facteurs extérieurs, notamment en les transformant en objet d’étude (à condition que les propositions ne vont pas à l’encontre de la spécificité et des fondements mêmes de leurs disciplines).

Bibliographie

Bazin, Jean, « Interpréter ou décrire. Notes critiques sur la connaissance anthropologique », in : Jacques Revel/Nathan Wachtel (eds.) : Une école pour les Sciences Sociales. De la Vie Section à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, Éditions du Cefr, 1996, pp. 401–420. Repris dans: Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement, Toulouse, Anacharsis, 2008, p. 407-433.

Fabiani, Jean-Louis, « Controverses scientifiques, controverses philosophiques. Figures, positions, trajets », Debats et controverses, n. sp de Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, 5, 1997, p. 11-34.

Feyerabend, Paul, « Consolations for the Specialist », in : Imre Lakatos/Alan Musgrave (Eds), Criticism and the Growth of Knowledge, Cambridge, Cambridge University Press, 1970, p. 197-230.

Kuhn, T. S., La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983.

Lenclud, Gérard, « L’anthropologie et sa discipline », in : Jean Boutier, Jean-Claude Passeron, Jacques Revel, Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, EHESS/Enquête, 2006, p. 69-93.

Popper, Karl, The Logic of Scientific Discovery. (translation of Logik der Forschung). Hutchinson, London, 1959.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.