La traduction : Similittérature

Bernard Hœpffner

Pour commencer, quelques définitions, ou plutôt quelques mots-clés qui auront de l’importance dans ce que je vais avoir à dire, l’un d’eux, je l’emprunte à Sergio Chejfec, en transformant un peu son titre pour mon propos : Autor ausente, l’auteur absent. Le traducteur étant l’écrivain présent, et son travail considéré généralement comme un succédané, un ersatz, une imitation, une compensation, une contrefaçon, un produit de substitution, une béquille de l’œuvre originale. La traduction ne serait donc qu’un objet « in between », avec une existence falote quelque part dans une zone crépusculaire, sans statut réel, ni précisément situé, dans le champ littéraire. Le texte traduit est « double-bound », tiré à hue et à dia, entre une œuvre originale et une langue cible, et c’est sans doute ce tiraillement permanent qui l’empêche d’avoir une existence réelle, en particulier d’être un objet d’étude entier — bien que cela ait un peu changé ces dernières années. Le traducteur danse sur une corde, le cul entre deux chaises, et son travail est « évanescent » par définition puisqu’il est souvent « remplacé » à chaque génération par une autre traduction, tout aussi évanescente, à quelques exceptions près.

La littérature est un champ de création de langue. La question que je pose est la suivante : pourquoi, en France, la littérature traduite n’est pas considérée comme faisant partie de ce champ ? Malgré les 30% de titres traduits dans le champ éditorial, cette masse de livres n’est pas supposée avoir une véritable existence en tant qu’outil de transformation de la langue.

Depuis longtemps, depuis que je passe une partie de mes journées plongé dans les dictionnaires de toutes sortes, en particulier dans les dictionnaires monolingues (Oxford English Dictionary [OED], Webster’s, Johnson’s, Grand Robert, Trésor de la Langue Française [TLF], Littré, etc.), depuis que je lis les citations grâce auxquelles ces dictionnaires définissent et précisent le sens des mots, je remarque l’absence de citations prises à des traductions dans les dictionnaires de langue française, tout au contraire de ceux de la langue anglaise. J’ai donc été fouiller plus avant dans ces dictionnaires.

Le Oxford English Dictionary (OED), « illustrated from the best authors » contient 35 500 citations prises à des textes écrits dans d’autres langues que l’anglais, dans leur traduction. Le Trésor de la Langue Française (TLF) n’en contient que très peu, et le Grand Robert encore moins.

Les premiers dictionnaires incorporant des citations ne font que très peu usage de traductions, le Dictionnaire de Johnson ne cite que la Bible, quelquefois pour expliquer un point précis de vocabulaire, Plutarque, l’Énéide de Dryden et c’est à peu près tout.

En français, la Néologie de Louis-Sébastien Mercier ne cite que Jérôme (qui n’écrivait pourtant pas en français) pour définir « chasteté laborieuse » et Amyot (étonnamment seulement sa traduction de Daphnis et Chloé).

Dans le Thresor de la Langue Francoyse, tant ancienne que Moderne de Nicot (1606), il n’y a pas de citation, mais certains mots sont définis à partir de citations, comme, par exemple, Hase, qui serait dû au « traducteur d’Herodote au 3. liv. » Le TLF, lui, précise le nom de ce traducteur : Saliat, et la date, 1556, mais ne donne pas non plus la citation.

La 9e édition du Dictionnaire de l’Académie,

par tradition, ne comporte pas de citations, ni ne fait presque jamais référence nominale à des auteurs. Par discrétion aussi ; les citations, s’il y en avait, seraient par la force des choses empruntées, pour un grand nombre, à des membres disparus ou présents de la Compagnie.

C’est au XXe siècle, lorsque les dictionnaires deviennent réellement des dictionnaires de citations, que la différence entre les deux pays se fait immense. Et c’est là que l’on se rend vraiment compte des différentes attitudes culturelles des deux pays (pour simplifier, l’analyse de la langue anglaise serait descriptive, celle du français prescriptive). L’anglais fait feu de tout bois, fait venir toute eau à son moulin, le français la jette à la rivière ou la porte à la mer. Dans l’OED, Rabelais est cité plus de 2 000 fois dans la traduction de Urquhart (1693) et 1 300 fois dans celle de Motteux (1708) (« anacampserotes » par exemple, [1611 Cotgr., Anacampserote, a certain herb whose touch reneweth decayed love.] 1708 Motteux Rabelais v. xxxi, Let’s taste some of these Anacampserotes that hang over our heads. Remarquons, que la citation est de Motteux, non de Rabelais. Le TLF lui, indique aussi Rabelais et Cotgrave, mais cite Moréas, 1886). Montaigne (903 citations) entre dans la langue anglaise, par l’intermédiaire de Florio, dès 1603, avant la King James, qui est elle citée 8 700 fois. Plutarque (2 200 citations) est rendu par North (1580, qui l’a traduit du français d’Amyot), Holland (1603) et Langhorne (1770)

Les choses sont très différentes dans le TLF, Amyot est nommé, mais pas cité, 682 fois, surtout dans la partie étymologique, ce qui est normal puisque les citations commencent à la fin du XVIIIe siècle ; Le Maistre de Sacy, seulement 7 fois pour la Bible, Segond une seule fois (pour tohu-bohu, alors que l’OED indique Rabelais comme première source : 1548).

Par ailleurs, pour remonter à une époque plus moderne, remarquons que les seules vraies citations prises à des traductions viennent d’auteurs et non de traducteurs : Chateaubriand (11 fois pour Milton), Baudelaire (pour Poe), Mallarmé, Nerval, et c’est à peu près tout. Richardson est l’éditeur de Scarron au XXe siècle, pas l’auteur anglais traduit par l’Abbé Prévost. Pas de Defoe, pas de Swift, sinon « Lilliputien », sans indication de traduction, pas de Dickens sinon 16 fois, et seulement dans des opinions d’auteurs français sur lui, pas de D.H. Lawrence sinon dans des citations de Mauriac ou de Green.

Au contraire, le OED cite 63 passages de Flaubert dans la traduction de Sheldon, Sartre dans celle de Maria Jollas, Proust traduit par Scott-Moncrieff, Zola par Ernest Alfred Vizetelly, Jean-Louis Guez de Balzac (1634), par William Tirwhyt et Honoré de Balzac (1886) par Katharine Prescott Wormeley, Queneau traduit par Barbara Wright, Huysmans par Charles Kegan Paul ou Clara Bell, etc.

Un autre exemple serait le verbe « dribbler » dont l’introduction en anglais vient de la traduction d’Ovide par Arthur Golding en 1565, il est ensuite repris par Shakespeare 38 ans plus tard. Le TLF indique seulement que le verbe est emprunté de l’anglais en 1937, mais les quatre citations sont d’auteurs français.

Et je pourrais continuer pendant des heures.

Il semble donc fort clair que, alors que la langue anglaise considère que les traductions ont une importance dans son évolution et dans la création de néologismes (qu’ils soient anglais ou étrangers), la langue française n’en tient pas compte le moins du monde — à moins que les traducteurs soient considérés comme des créateurs à part entière, c’est-à-dire des Auteurs et non des écrivains — ils ont alors remplacé les Auteurs originaux, comme c’est le cas pour Baudelaire et Poe.

Dans la préface du récent Dictionnaire Culturel en langue française en quatre volumes d’Alain Rey, on trouve une phrase très éclairante :

En matière de traduction, rien n’est absolument transparent — tout est intraduisible ; avant tout cette expérience créatrice qu’est la poésie. Mais rien n’est totalement intraduisible, par l’effet d’une incompréhensible vertu, qui permet à l’écrivain de se glisser dans l’autre langue et de lui dérober ses magies pour les incarner dans la sienne : Amyot pour Plutarque. Montaigne pour les penseurs latins. Ainsi Baudelaire et Mallarmé ont “ ravi ” Edgar Poe, Chateaubriand, Milton, Paul Valéry, sagement, et Pierre Klossowski, un peu follement, Virgile. La chaîne des traductions a fait varier, selon les époques et leurs goûts, les grands massifs figés dans leur texte et leur état de langue : ainsi Homère, Eschyle, Virgile, Dante, Shakespeare, Cervantès, Pouchkine, et aussi Li-Po, Bashô…, intangibles dans leurs propres cultures, sont sans cesse revisités dans les autres langues. Le choix des traductions dans les encadrés culturels donne aux textes une couleur plus ou moins proche de celle de l’original, et ceci justifie que des passages soient cités dans la première traduction française plutôt que dans une version plus récente et jugée “ meilleure ”.1)

« Le Grand Robert est (avec le Trésor de la langue française) le plus grand recueil de citations littéraires et didactiques en français. » Pas une seule citation en traduction. Faudrait-il comprendre que les traducteurs n’écrivent pas en français ?

Furetière : Pas de citations mais un index des principaux auteurs cités contenant de nombreux étrangers (Bayerus, Borelli, Amatus Lusitanus, Plutarque, Platon, Plaute, etc.)

Dictionnaire des mots et des couleurs : Le Bleu (Annie Mollard-Desfour), pas de citations traduites, même pour Blue, blue-jean, bluegrass, etc.

Pourquoi donc les lexicographes français refusent-ils de faire confiance aux traducteurs en tant que créateurs de langues alors que leurs homologues anglais acceptent qu’ils sont des instruments importants d’innovation ? Le français est-il une langue si pure qu’il peut se permettre de refuser tout ce qui ne vient pas de ses propres entrailles ? Quant à la soi-disant pureté des langues, j’aimerais ici citer l’Anatomie de la Mélancolie de Robert Burton :

Et il me paraît évident, d’ailleurs, que Dieu, dans sa prévoyante providence, a fait de sorte que les nations se déplacent tous les 600 ans (ce qui est en général vrai) afin de corriger et de purifier leur sang, exactement comme nous changeons de graines dans nos champs; et que les Goths et les Vandales nordiques, comme beaucoup d’autres peuplades venues du continent de Scandinavie et des steppes sarmates (c’est l’hypothèse de certains auteurs), seraient venus envahir, pour ainsi dire à la façon d’un déluge, la plus grande partie de l’Europe et de l’Afrique, afin de nous transformer, nous et nos tempéraments, lesquels étaient fort enclins aux maladies héréditaires que nous avions contractées du fait de notre concupiscence et de notre intempérance2.

Pour poursuivre cette ébauche, et il serait fort intéressant que quelqu’un se lance dans une recherche beaucoup plus approfondie que ce que j’ai fait ici, et analyse les raisons pour lesquelles les lexicographes français ne font pas confiance aux traducteurs, pourquoi ces derniers ne sont pas considérés comme des écrivains à part entière.

Mais il n’y a pas que les dictionnaires, on peut remarquer comment la critique littéraire traite différemment les traductions dans les deux pays. Les articles de la New York Review of Books ou du Times Literary Supplement, et autres revues littéraires, quand ils parlent de littérature étrangère, commentent la traduction ; très souvent les critiques ont lu l’original et ils ne parlent pas seulement de l’œuvre originale écrite par un Auteur mais aussi de sa transposition, faite par un écrivain. Cet écrivain n’est pas absent. Tout au contraire, la presse française se fait l’écho des mêmes préjugés que ceux des lexicographes en ce qui concerne la traduction ; combien de fois nous faut-il lire un dithyrambe sur le style merveilleux, la prose créatrice, les trouvailles d’un auteur, sans qu’il soit jamais fait mention du fait que ce que commente le critique, ce n’est justement pas autre chose que le style merveilleux, la prose créatrice, les trouvailles d’un traducteur ou d’une traductrice. Quand on nous parle de traduction, c’est presque toujours de façon négative, pour des raisons plus ou moins valables et presque toujours quand il s’agit de « nouvelles » traductions — Fitzgerald, Kafka, Joyce, Melville, Twain, Dostoïevski, etc. Par ailleurs, lorsqu’il se trouve que le nom du traducteur est vaguement connu du critique, son article se termine très souvent par « très bonne traduction de X », alors que nous savons très bien qu’il n’en sait rien, qu’il n’a pas lu l’original, qu’il a juste remarqué qu’il n’y avait pas de fautes de français, que « ça coulait ». Mais souvent « ça ne coule pas » dans l’original, justement !Je me souviens de Fierobe, dans la Quinzaine littéraire, parlant de « belle traduction » à propos d’un livre dont la traduction était non seulement nulle mais plagiée (voilà, c’était écrit en bon français).

À moins de lire des revues spécialisées, ou la Quinzaine Littéraire, on s’aperçoit que la traduction n’a pas d’existence réelle dans le champ littéraire, on pourrait penser tout simplement que beaucoup de livres publiés en France sont écrits par des auteurs dont le nom est très peu français ; parmi la centaine de traductions présentées dans la vitrine étrangère de la librairie Compagnie, seuls quelques-unes montrent en couverture qu’elles n’ont pas été écrites en français.

Et pourtant, et pourtant… La langue d’un pays se forme en partie grâce à la traduction, s’il existe de mauvaises traduction, il en existe énormément de bonnes, et ce n’est pas parce qu’elles disparaissent pour être remplacées par de nouvelles traductions qu’elles n’ont pas apporté quelque chose d’étranger — culturel, stylistique, etc. — à la langue cible. Il suffit de se souvenir de cette époque royale de la création linguistique et de la traduction qu’était la Renaissance : les langues pénétraient les unes dans les autres, les Auteurs et les Écrivains se pillaient les uns les autres.

Vu cet état de choses, il est difficile de juger précisément quel a été, dans l’histoire de la langue, l’impact des traductions — je pense qu’il a été immense. Je pense qu’aujourd’hui alors qu’une fois encore, dans la sinusoïde ciblisme-sourcisme des théories de la traduction, alors que les traducteurs sont un peu moins pieds et poings liés à l’esprit de la langue d’arrivée, au « bon français », à la dictature des correcteurs typographes, alors que, suivant l’exemple de Beckett, certains traducteurs acceptent de « take the mickey out of the French language », à l’exemple de Voltaire et de Hugo, de faire violence à cette langue, de refuser de traduire un livre « comme s’il avait été écrit en français ». Il n’y a pas là une défense corporatiste du métier de traducteur, il y a surtout que je pense que, bonne ou mauvaise traduction, la langue française des lecteurs est influencée à 30% par des livres traduits, qu’ils ont lu Pynchon, Shakespeare, Paul Auster, Robert Burton, et des milliers d’autres dans des livres qui n’étaient pas vraiment de Pynchon, Shakespeare, Paul Auster, Robert Burton, et que cela, il faut en tenir compte. Barbara Cassin a bien expliqué que l’histoire de la philosophie pourrait être considérée comme une histoire des fautes de traduction. J’ai l’espoir que les traducteurs et traductrices non seulement soient capables de bousculer et faire violence à leur langue, mais que l’on reconnaisse aussi qu’ils ou elles ont cet effet-là. Une langue qui ne traduit pas est une langue qui meurt, elle a besoin de se vivifier en se transformant et elle se transforme tout autant de l’extérieur que de l’intérieur. Et je citerai ici Pierre Pénisson :

Vierge, pure et “ Idiote ”, “ particulière ”, est une langue qui ne traduit pas, ou cache, telle le français, toute trace de l’étrangeté3.

Pour finir, je voudrais citer Samuel Johnson, dans « The History of the English Language”, dans la préface de son Dictionnaire, parce qu’il parle là d’un autre sujet, tout aussi important, et parce qu’il le dit si bien : l’utilisation des traductions pour illustrer l’histoire du langage, il parle ici des traductions de la Bible (et il ne faut surtout pas oublier que la langue anglaise et la langue allemande ont été plus ou moins créées à partir des traductions de la Bible) :

Translations seldom afford just specimens of a language, and least of all those in which a scrupulous and verbal interpretation is endeavoured, because they retain the phraseology and structure of the original tongue ; yet they have often this convenience, that the same book, being translated in different ages, affords opportunity of marking the gradation of change, and bringing one age in comparison with another.

  1. Alain Rey, Dictionnaire Culturel en langue française, 2005, Préface, p. xix. (C’est moi qui souligne. []
  2. Robert Burton, Anatomie de la Mélancolie, Tr. B. Hœpffner, Paris, Éditions Corti, 2000, Vol. 1, pp. 352-353. []
  3. Littérature et droit à l’autodétermination linguistique en Allemagne », http://www2.univ-paris8.fr/dela/etranger/pages/1-4/Penisson.pdf. Lu le 15 février 2011. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.