Argumentaire

Journée d’Etudes
Université de Reims – CRIMEL

Enseigner la littérature aujourd’hui

Organisée par Annick Louis
mardi 16 novembre 2010

Longtemps, l’enseignement universitaire n’a pas été, en France, un sujet de réflexion. Gérard Genette constatait en 1966, dans « Enseignement et rhétorique », que « notre culture s’intéresse médiocrement à l’histoire des méthodes et des contenus de l’enseignement. », et associait ce « tabou de silence » à celui qui pèse sur le langage : « L’idée commune implicite est que l’enseignement est une pratique qui va de soi, un pur organe de transmission du savoir, dépourvu de signification idéologique, dont il n’y a rien de plus à dire qu’il n’y a à voir dans une vitre parfaitement transparente. »[1] Or depuis au moins deux décennies, on constate un retour de la question, sous diverses formes, autant sur la scène publique que dans le domaine des spécialistes. D’une part, le débat public a été relancé, souvent en conséquence des réformes du système éducatif proposées depuis la sphère politique, des mesures résultant en partie du projet d’unification de l’enseignement supérieur européen, et du progressif déplacement vers un mode de financement non étatique de certaines instances d’éducation et de production de la culture. D’autres fois, des conflits liés à la cohabitation de religions et de cultures ont suscité l’intérêt des médias. À ces circonstances particulières vient s’ajouter la transformation radicale surgie dans les modalités d’accès à la culture et à l’information à partir de l’incorporation des nouvelles technologies informatiques.

Si les réformes peuvent être ponctuelles, les deux autres facteurs mentionnés ont affecté la totalité du système éducatif. De surcroît, une internalisation des réseaux étudiants a permis d’élargir les horizons des enseignants et des étudiants, en particulier dans le monde universitaire, mouvement accéléré en Europe par le projet d’homogénéisation des diplômes et des formations. Dans l’éducation supérieure, les enjeux financiers semblent fonctionner comme des « external accelerators », qui sont amenés à transformer l’éducation en un pur business. Cependant on observe dans l’intégralité du système éducatif en France, des tendances similaires, qui correspondent à un mouvement international, et qui peuvent être décrites dans les termes d’un progressif désinvestissement de l’État dans l’éducation. La place et la signification de l’éducation nationale au sein de la République sont en train de se modifier, certes, en raison des circonstances mentionnées, mais aussi parce que les idéaux sur lesquelles le projet reposait n’ont pas réussi à mettre en place une politique d’intégration.

Sans minimiser l’impact des facteurs externes, ni les effets de la dynamique propre au système éducatif, nous proposons d’ouvrir un espace de réflexion sur l’enseignement d’un objet particulier, à tous les niveaux institutionnels : la littérature. L’intention étant de réfléchir aux pratiques et aux enjeux théoriques de l’enseignement contemporain, en prenant en compte l’histoire dans laquelle il s’inscrit, mais en se concentrant sur la situation contemporaine. À un moment historique de transformation radicale de nos institutions, la discipline littéraire doit faire face à des enjeux spécifiques ; souvent perçue en termes de « crise », de la littérature et des études littéraires, la situation actuelle peut être mieux décrite dans des termes épistémologiques : dans les dernières décennies, le statut, le mode de production et de diffusion du littéraire, l’insertion sociale de l’objet littérature ont été radicalement modifiés, tout comme l’approche et la réception de l’écrit et de l’écrit littéraire. Face à ces transformations, le mode de transmission est resté relativement stable, et on s’est souvent contenté de déplorer une progressive disparition du littéraire. Or, il ne fait aucun doute que ces changements demandent à être systématisés à partir d’une approche épistémique qui ouvrirait également la possibilité de nouvelles approches pédagogiques. Repenser la spécificité de l’objet littérature, implique aussi revenir sur le mode de transmission de cet objet.

Cette journée d’étude se propose de réunir des enseignants qui relèvent de différentes étapes de l’éducation nationale – la maternelle, l’école primaire, le secondaire, et l’université. L’intention étant d’ouvrir un espace à une réflexion sur l’expérience de la littérature à laquelle sont confrontés enfants et étudiants dans leur parcours, et de permettre l’échange entre spécialistes de l’enseignement de la littérature qui interviennent à des moments différents de celui-ci. Des enseignants venant d’autres pays, européens et non européens, seront également invités. Notre objectif est de fournir une réflexion sur les enjeux contemporains de l’enseignement à la fois dans ses spécificités françaises et dans la comparaison avec d’autres systèmes et traditions.

[1] Genette, Gérard : Figures II, Paris : Éditions du Seuil/Points, 1979, p. 23-24.