Pour la refondation de l’enseignement des Lettres

Martine Boudet [1]
Professeure agrégée de Lettres Modernes
Docteure en littérature française (Toulouse)

Dans l’édifice scolaire, l’enseignement du français est, comme chacun sait, un pilier principal: savoir parler, lire et écrire dans la langue nationale et à statut international qu’est le français est à la base des autres apprentissages. La crise de croissance que traverse cette discipline, et dans ce cadre l’enseignement de la littérature, s’inscrit dans le contexte plus général de la crise de l’Ecole, de l’Université et de la recherche. Ce phénomène procède des limites du modèle né de mai 68 et qui fit prévaloir surtout un mode de développement productiviste-consumériste sur une base individualiste. En l’absence de contrepoids suffisants, l’avènement d’une « économie de la connaissance » à l’échelle européenne met en jeu  désormais la transmission et l’apprentissage des savoirs culturels, repères et valeurs nationaux et à ce titre pose un vrai problème identitaire.

Les pistes proposées pour la revalorisation des Lettres portent sur le renforcement d’une didactique inter et intradisciplinaire favorisant le rééquilibrage et la mise en cohérence des enseignements. Et cela par la promotion des spécialités académiques des Lettres modernes et des sciences du langage ainsi que par l’intégration des fondamentaux des sciences humaines et sociales et de la création littéraire francophone et européenne.

I – Le contexte

A – Contexte macro-économique et institutionnel

Le déficit de l’enseignement des Lettres françaises s’explique par l’adoption d’un mode de développement à dominante productiviste/consumériste: ainsi, les programmes économiques des années soixante-dix, dont l’objectif était la modernisation des infrastructures, nécessitaient que soit accordée à l’Ecole la priorité aux mathématiques, à l’économie, aux sciences et aux techniques. Furent créés en 1969 la filière SES (sciences économiques et sociales), de nombreux baccalauréats technologiques et professionnels. L’introduction des maths modernes a été favorisée par la création des IREM (Instituts de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques), maîtres d’œuvre du recyclage des maîtres dans cette discipline:

Ce sont des services de l’université, en relation avec le département des mathématiques, les services rectoraux, l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) et l’inspection de mathématiques. Les IREM ont été créés en 1969 avec les missions suivantes : contribuer à la formation initiale et continue des enseignants, contribuer à l’expérimentation pédagogique, élaborer et diffuser des documents pour enseignants et formateurs, mener des recherches sur l’enseignement des Mathématiques.

La principale originalité et richesse des IREM est de réunir pour ces missions des enseignants de Mathématiques de tous les niveaux (collège, lycée, lycée professionnel et technique, école, université, IUFM). Les différents IREM se sont progressivement organisés en un réseau de 26 IREM en France. [2]

Dans le même temps, une évolution épistémologique de même envergure, la transposition didactique de la linguistique en français et en Lettres, était le fait d’associations militantes, des revues Pratiques et Le français aujourd’hui (revue de l’AFEF, Association française des enseignants de français) : un travail remarquable a été conduit mais peu accompagné  institutionnellement et donc sujet potentiel à déformation.

Nouveau rendez-vous deux décennies plus tard, à l’occasion du débat national sur l’Ecole impulsé en 2004 ; ses conclusions portent sur la mise en place du socle commun de connaissances qui met théoriquement sur un pied d’égalité l’accès aux cultures linguistique-littéraire et mathématique ; dans les faits, les priorités nationales sont les suivantes:

Prévenir et combattre l’illettrisme, en commençant dès le cours préparatoire. Il est inacceptable, en effet, que près de 15% des élèves entrant en classe de sixième ne sachent pas correctement lire et écrire. Si l’on ajoute tous ceux qui n’ont pas, en ce domaine, l’aisance suffisante pour suivre sans difficulté les enseignements du collège, c’est plus d’un tiers des élèves de sixième qui entrent dans cette classe sans avoir acquis les compétences nécessaires en lecture et en écriture. (…)

 Stopper la crise des vocations scientifiques et revaloriser la place de la science dans la cité. C’est un phénomène européen, et même plus généralement occidental, qui devient réellement inquiétant. La baisse des vocations scientifiques tend à prendre des proportions considérables. Un plan de redressement est nécessaire, qui doit commencer dès l’école primaire, se développer au collège, puis au lycée, et s’achever à l’université.[3]

Lutte contre l’illettrisme d’une part, promotion des vocations scientifiques et revalorisation de la science de l’autre : n’y a t’il pas là deux poids et deux mesures? Au français et aux Lettres les tâches minimales, élémentaires du lire-écrire, aux maths et aux sciences le parcours d’excellence dans les hautes sphères du savoir et du pouvoir conjugués. Depuis lors, la situation s’aggrave, les objectifs de maîtrise de la langue à l’oral et à l’écrit -en matière de vocabulaire, de grammaire, d’orthographe…- et de la culture littéraire – connaissance des œuvres patrimoniales…- n’étant pas réalisés.

B – Le statut des Lettres Modernes et de la formation des enseignants

Dans ce contexte économiste, qui a vu la décrue des humanités anciennes après mai 68, le relais pris par les Lettres Modernes ne s’est pas amorcé dans des conditions satisfaisantes ; à la trivalence des Lettres Classiques -français, latin, grec- a succédé la monovalence des Lettres Modernes, les différentes spécialités académiques de cette discipline étant gommées institutionnellement ou peu valorisées: littérature comparée, littérature francophone, stylistique/critique littéraire, sciences du langage, français langue étrangère (FLE)[4]…D’où une indéniable perte sèche en matière de transposition de savoirs à l’Ecole. Dans les faits, en guise d’unité, c’est souvent le plus petit dénominateur commun qui sert de « modèle » aux équipes disciplinaires. Comment, dans ces conditions statutaires auxquelles s’ajoutent comme écrit précédemment l’absence d’institut analogue aux IREM pour la formation continue des maîtres en français-Lettres et désormais la fermeture des IUFM, le débat disciplinaire ne stagnerait-il pas? Avec la mise en place des pôles régionaux de compétitivité, des pôles d’excellence (plan campus), de la LRU…sciences et techniques ont les moyens d’une protection institutionnelle, même imparfaite sans doute, la recherche fondamentale étant minorisée et la recherche appliquée trop souvent instrumentalisée. Ce dispositif s’ajoute à la longue liste des écoles d’ingénieurs et de commerce publics et privés. Par comparaison, le champ des sciences humaines et sociales (SHS) et des humanités apparaît singulièrement restreint, il se limite en l’occurrence aux départements universitaires et du CNRS ainsi qu’à quelques écoles et ENS réservées à une petite minorité.

C – Le statut des sciences humaines et sociales (SHS) et de la filière littéraire en lycée

Le déséquilibre du système universitaire et scolaire procède d’un environnement socio-culturel et institutionnel souvent défavorable aux savoirs peu rentables à court terme. L’ « économie de la connaissance » tend à formater l’opinion publique et les institutions en fonction du critère dominant de la croissance, devenu celui de la récession; et cela au détriment des services que doivent pour autant continuer à prodiguer sciences, arts, Lettres et cultures pour le maintien d’un pacte acceptable de convivialité et de démocratie, tant à l’Ecole que dans la société.

De même que la recherche-enseignement universitaire, la filière littéraire en lycée est, comme chacun sait, dans une situation difficile: en témoignait de manière courageuse le rapport de l’Inspection Générale de l’Education Nationale publié en 2006, intitulé « Evaluation des mesures pour réévaluer la filière littéraire en lycée ». Le constat était sans appel : cette filière est vouée à une extinction à court terme si aucune réforme structurelle n’intervient. Un contexte défavorable aux études littéraires, une visibilité insuffisante en matière de débouchés professionnels, un recrutement surtout par défaut concernant des publics en échec ailleurs, un public féminin qui est passé dans la dernière période de 60% à 86%, un taux de recrutement très insuffisant (10%), …tels sont quelques-uns des symptômes relevés.[5]

Dans l’économie du système socio-éducatif, la concurrence imposée entre les disciplines a fonctionné en la défaveur des humanités littéraires, comme le montre Alain Boissinot, à l’occasion de la réforme de l’enseignement du français en lycée en 2001 ; au lieu d’être un objet d’enseignement transversal, les sciences humaines, disciplines pourtant proches des Lettres dans l’enseignement supérieur, sont enseignées de manière exclusive par la filière économique, ainsi que par les filières technologiques et professionnalisantes:

La série littéraire connaît un véritable effondrement.(…)L’émergence de la série économique et sociale, à partir des années soixante, y est évidemment pour quelque chose : le littéraire s’en trouve repoussé sur un territoire plus étroit, et voit se développer à ses côtés le champ des sciences humaines. Il y a là sans doute une occasion d’élargissement ratée. Depuis ,la série littéraire ne cesse de reculer(…)

Accepter cette situation signifierait que le français, à terme, n’aurait plus de relation privilégiée avec une voie de formation originale, et apparaîtrait comme une simple composante de voies spécifiées par d’autres disciplines.[6]

Le rapport de l’IGEN piloté par Catherine Bizot préconise la mise en place de dominantes au nombre de cinq : littératures et civilisations, arts et culture, communication et sciences du langage, sciences humaines, institutions et droit . Concernant les troisième et quatrième compétences à valoriser directement ou pas en Lettres, voici ce qui est proposé :

Communication et maîtrise des langages :

il ne s’agit pas de développer la maîtrise des techniques de communication, comme dans la série STG, mais de proposer une première approche du monde de la communication dans toutes ses composantes : presse, média, publicité, documentation, internet, en favorisant une approche critique des phénomènes contemporains de communication et des pratiques sociales et une mise en perspective historique.

La maîtrise de la langue, dans tous ses usages, des formes et des figures du discours serait au cœur des enseignements, qui comporteraient aussi des éléments de sociologie et de psychologie et donneraient un aperçu des théories de la communication.

Sciences humaines :

Cette composante comporterait une composante philosophique (fondements de la sociologie, de l’anthropologie, de la psychologie) et une composante mathématique forte (éléments de mathématiques nécessaires aux études démographiques, sociologiques et économiques notamment)…[7]

Tout comme le rapport Godelier favorable à la promotion des SHS à l’Université et dans la recherche, le rapport de l’IGEN n’a pas été retenu. La réforme des filières en lycée répond très partiellement à la demande de l‘IGEN puisqu’il est question d’introduire l’enseignement du droit en L. Ce rajoût appréciable en soi vise à satisfaire une opinion publique soucieuse de la professionnalisation des jeunes scolarisés, dans un contexte devenu incertain mais suffira-t-il à réhabiliter la filière? On peut en douter.

D – La féminisation de l’enseignement du français et des Lettres et la crise des valeurs à l’Ecole

Autre facteur de fragilisation de l’enseignement du français et des Lettres, la féminisation grandissante de sa corporation, ce phénomène étant nettement amplifié par rapport à la situation générale à l’Ecole. Cette évolution devrait à terme favoriser la « mise à parité » des droits républicains : au-delà des droits politiques et économiques, il s’agit en effet de reconnaître un droit culturel, celui d’une égale dignité, d’une égale considération sociale, quelles que soient les disciplines de spécialité, avec lesquelles hommes et femmes se sentent en affinité. En attendant, le déséquilibre des relations entre cultures de genre participe de la dégradation du lien social et de la citoyenneté à l’Ecole et au sein de la jeunesse. Cela dit en termes anthropologiques, l’actuel couple sciences/techniques (pôle majoritairement masculin)-français/Lettres/humanités (pôle plutôt féminin) étant déséquilibré, le troisième pôle du triangle qu’est le public scolaire ne peut qu’en subir les conséquences. Le clivage entretenu entre la pléthore des savoirs et des savoirs-faire scientifico-techniques et l’insuffisance, en français et en règle générale au niveau de la vie scolaire, d’outils didactiques et méthodologiques appropriés en matière de savoirs-être, amplifie l’essor de l’anti-culture, fondée sur la violence (en actif) et sur la dépendance ou addiction (en passif). Ces deux modes de dysfonctionnement (violence vs dépendance) s’avèrent des dérives des deux pôles génériques-disciplinaires précités, respectivement et tendanciellement pôle dominant/actif et pôle dominé/passif ou réactif.

Boudet-fig1

E – La crise de la création, de la critique littéraire et de la philosophie

La résultante de ces différents choix, macro-économiques et socio-éducatifs, se manifeste à l’échelle de la création littéraire elle-même, jusqu’alors l’un des fleurons de la culture nationale. Si l’insuffisante maîtrise de la langue française concerne les catégories  populaires, la crise littéraire est celle des intelligentsias qui ne conçoivent plus de manière satisfaisante modèles et idéaux collectifs, ce phénomène entravant la projection sociétale du pays. Le phénomène a débuté il y a déjà presque un demi siècle : quelle que soit leur valeur littéraire au demeurant, les mouvements de l’Absurde et du Nouveau Roman ont amorcé l’ère du désenchantement, objet d’étude souvent difficilement transmissible de ce fait, si ce n’est par défaut et sur le mode de la distanciation. Depuis lors, plus vraiment de mouvement d’idées organisé, tout du moins en métropole, phénomène paradoxal à l’heure d’Internet.

Les écrivains, réduits à la dimension individuelle, ne sont-ils pas incités à renoncer à construire des univers fictionnels et conceptuels à caractère alternatif et utopique, les œuvres fragmentaires ou qui font l’apologie de la déconstruction étant plébiscités par les médias ? Quant aux genres majeurs – mythe,  poésie, épopée, somme romanesque…-, ils sont délaissés au profit de genres secondaires -roman policier, autobiographie, BD…- ; en parallèle, la critique littéraire et universitaire s’intéresse plus aux genres fictionnels qu’aux genres complexes de la poésie et du mythe. Enfin, depuis la fin de la génération sartrienne, le débat philosophique est moins assumé par les écrivains, pourtant proches de cette discipline que par les scientifiques de la nature (physiciens, biologistes…) qui s’intéressent aux répercussions éthiques, métaphysiques, juridiques…de leurs découvertes…Pour résumer,  le diktat économiste  conduit à la raréfaction du mode de pensée analogique, mythique et métaphorique, au profit d’un logos numérique, rationnel et calculateur ; ainsi menace de se tarir la source d’inspiration hexagonale, à la différence de celle des DOM-TOM par exemple qui a maintenu un lien vivant et pérenne avec le premier mode de pensée. Or, si la pensée rationnelle propre à l’esprit scientifique spécialise les objets d’étude, la pensée analogique les unifie, ces deux démarches devant coexister:

Au sein de la pensée poétique ou mythologique, l’analogie établit, là où la logique disjoint, des liaisons et des identifications. C’est dans la pensée poétique et la pensée mythologique que l’analogie prend son essor…Le digital sépare ce qui est lié, l’analogie lie ce qui est séparé. Leur complémentarité permanente assure et féconde la connaissance. L’esprit humain, qui traite le séparable et le non-séparable, peut discerner les limites d’une connaissance uniquement consacrée au divisible et au séparable. [8]

Pour conclure, il y a « péril en la demeure » et une comparaison s’impose pour l’illustrer : suite à la marginalisation des langues historiques dont l’occitan, langue littéraire, langue des troubadours au Moyen Age, suite à celle des langues anciennes, le latin et le grec après mai 68, c’est au tour du français et des Lettres de subir le rouleau compresseur de l’involution historique.

II – Propositions de remédiation

 A – La querelle des Anciens et des Modernes : un faux débat

Sciences du langage vs littérature, français vs Lettres, sciences de l’éducation (didactique et pédagogie) vs enseignement disciplinaire… : ces paramètres sont trop souvent opposés dans le débat. Cette division perdure en l’absence d’une mise en contexte suffisante du système scolaire et universitaire et d’un arbitrage institutionnel en faveur de solutions de synthèse opératoires. Par un retour de balancier assez classique, la tendance au formalisme reproché aux tenants de la grammaire du discours et de la lecture méthodique cède la place à l’empirisme en matière d’explication de texte. De même, le retour en force en collège de la grammaire de phrase est nécessaire certes aux apprentissages mais, isolée, coupera davantage encore les publics scolaires des enjeux de la communication socialisée, de la mise en contexte des énoncés et des significations que ces opérations induisent. Ce qui risque d’entraîner le retour, ce faisant, d’une pédagogie excessivement normative et dogmatique.

Etant une discipline à composantes multiples, le français doit maintenir un équilibre entre celles-ci. Un exercice privilégié dans cette perspective peut être la « lecture analytique », adoptée en 2001, en remplacement de la « lecture méthodique »[9], jugée trop réductrice:

Le défi auquel nous sommes confrontés, pour que l’enseignement du français, mais aussi plus largement l’idée même de formation littéraire, aient toute leur place dans l’évolution actuelle du système éducatif, c’est au contraire d’ouvrir au besoin la discipline à de nouveaux domaines, c’est de réussir à articuler entre elles ses différentes composantes, pour les mettre au service d’un projet cohérent et attractif.(…) Ce projet ne peut réussir que s’il est intégrateur, s’il fédère et met en cohérence différentes représentations possibles -et légitimes- de la discipline. [10]

B – Les alternatives en construction

1 – Un pôle anthropologique émergent

L’introduction de l’histoire de l’art au collège et de l’enseignement d’exploration « Littérature et société » en classe de seconde participent de l’édification à terme d’humanités nouvelles, de l’ordre de l’anthropologie culturelle. Ces réformes font suite à la mise en place des TPE et TIPP en lycée. Il reste à élaborer des documents d’accompagnement et de synthèse composés d’un référentiel à la fois méthodologique et terminologique, à partir des fondamentaux des SHS .

En fait, le programme préconisé par l’IGEN à destination de la filière littéraire peut parfaitement être adapté et élargi à l’enseignement du français dans le Secondaire. Son orientation répond en effet aux besoins socio-culturels de tous les publics scolaires tels que pris en compte dans le socle commun des connaissances et des compétences.

2 – Un pôle interculturel émergent

L’enseignement de l’histoire de l’art européen en collège et de la littérature francophone en seconde -dans le cadre de l’enseignement d’exploration ou général- constituent également des avancées, cette fois-ci en matière de dialogue interculturel. La littérature française –hexagonale- ne pourra qu’être revivifiée à ce contact.

Une attention particulière doit être apportée à l’enseignement dans les quartiers sensibles des banlieues : deux rapports récents, respectivement des Etats généraux de la sécurité à l’Ecole et de la Cour des comptes, insistent sur la nécessité de ne plus uniformiser les enseignements et de les adapter aux publics concernés[11]. L’enseignement de la littérature francophone et la didactique du FLE sont des recours adaptés à cette situation.

D’une manière générale, la mondialisation nous conduit au dialogue des différentes cultures du monde ; le risque de l’hégémonie de la culture anglo-saxonne ne pourra être résorbé par le seul apport de la littérature française contemporaine, dont la fragilité a été démontrée. Correspondant à une identité nationale fermée, le souverainisme littéraire et disciplinaire serait une bien piètre réponse aux défis actuels : s’il est vrai que le français est la langue-culture de l’unité nationale, ce statut ne doit pas conduire à l’immobilisme et à des replis excessifs sur soi et sur sa grandeur passée. Le dialogue interculturel ne peut se contenter non plus de choix éclectiques, sources d’un cosmopolitisme vague. En revanche, le contexte mondialisé suggère de reconnaître les divers ancrages civilisationnels du français, à même de revitaliser et de pérenniser sa transmission : les régions historiques, les DOM-TOM, l’espace francophone, l’Union Européenne. Reconnaître l’apport stratégique de ces cultures à la construction d’un humanisme post-moderne passe donc par une formation des maîtres à ces littératures moins familières, par la rédaction de documents d’accompagnement…

Pour ce faire, dans un souci d’harmonisation de l’identité nationale sur le plan d’exercice qui est le sien, la discipline n’a-t-elle pas à s’émanciper de certains préjugés qui ont cours dans l’opinion publique ? Le concept de « culture » au sens identitaire du terme par exemple, souvent connoté négativement en France, mérite d’être assumé. Oui, à côté de la culture générale et élitaire qui est en vigueur à l’Ecole de la République, il existe des cultures à caractère identitaire dont le degré d’universalité n’est pas moindre. A un universalisme réducteur car ethnocentré[12], peut succéder un universalisme concret et fondé sur la diversité culturelle, qu’elle soit d’origine, générique, générationnelle…Si l’Académie française a vocation de conserver le patrimoine linguistique, l’une des institutions-ressources en matière de prospective est la Direction générale de la langue française et des langues de France (DGLFLF)[13].

Les Lettres Classiques peuvent contribuer au dialogue des cultures dans le temps et à travers l’histoire de notre pays : par comparaison avec nos référentiels actuels, une initiation en cours de français aux étymologies gréco-latines, aux systèmes de valeurs et aux patrimoines et littératures antiques ne peut que favoriser la réinculturation des jeunes esprits, le réenracinement dans les origines de la langue-culture française. Il incombe par ailleurs aux Lettres Modernes d’assurer cette projection dans l’espace interculturel de l’Ecole, grâce entre autres à une  collaboration avec le FLE-FLS (français langue étrangère-français langue seconde) dont le programme en matière de langue-culture est élaboré. Les personnels issus de la Coopération pourraient réinvestir quant à eux leur expérience acquise outre-mer et travailler à la réalisation de cet objectif, face à des publics ciblés, dans les banlieues ou dans les DOM-TOM par exemple :

Lettres Classiques : interculturalité temporelle/historique (latin-grec)

Lettres Modernes : interculturalité spatiale (régions historiques, DOM-TOM, Francophonie, Union Européenne).

In fine, un objectif à soutenir est la création d’un Institut de la Francophonie, apte à jeter les bases d’un partenariat à la fois littéraire, scientifique et culturel entre les diverses composantes francophones du monde, du Nord et du Sud. Le contexte géo-stratégique y invite: l’anglophonie, dont les dérives sont le technoscientisme, l ‘économisme et la sous-culture people, menace la place du français dans le monde et désormais dans l’hexagone[14]. Une Francophonie non plus confidentielle et confinée dans des officines géo-politiques mais ouverte à la diversité oxygènerait indéniablement nos disciplines. Recherche et enseignement dans le domaine des différentes sciences de l’homme (littérature comparée, anthropologie culturelle et de genre, sémiologie, ethno-linguistique, ethno-sociologie, histoire des idées, des formes et des cultures, géo-politique, macro-économie, droit international…) permettraient de théoriser les évolutions sociétales et républicaines, à l’échelle du monde et dans l’hexagone  et d’enrichir , ce faisant, les programmes éducatifs.

3- L’enseignement à l’intersubjectivité

La mise en place de la lecture analytique coïncide avec la promotion du sujet lecteur, héritier de la critique littéraire fondée sur la réception comme activité de co-création :

Les théories de la réception qui se sont développées en France à partir des années soixante-dix ont mis en évidence le rôle essentiel du lecteur dans la production du sens en des termes qui relèvent d’une approche phénoménologique, sémiotique ou pragmatique de la lecture des oeuvres littéraires. « Le texte n’existe que par l’acte de constitution d’une conscience qui le reçoit » écrit Wolfgang Iser qui souligne la part égale que prennent l’auteur et le lecteur au jeu d’imagination, tandis que Umberto Eco, dans Lector in fabula, conçoit l’acte de lecture comme « coopération interprétative » et « interprétation critique ». Quant à Jauss, plus près du lecteur réel, s’il met en avant l’historicité du lecteur, c’est pour définir la notion d’horizon d’attente et théoriser l’œuvre comme un ensemble en continuelle expansion. [15]

« Coopération interprétative » (Umberto Eco), « pacte autobiographique » (Philippe Lejeune), « horizon d’attente du lecteur » (Jauss), « cadre participatif », « dispositif de lecture fictionnalisant (Gérard Langlade)… : tels sont les termes du contrat implicite conclu entre auteur et lecteur dans l’activité double de l’écrire-lire.  La critique de la réception théorise l’ère du dialogisme et de l’inter-subjectivité à l’échelle de l’institution littéraire.

Ce faisant, le processus de lecture active favorise la construction de l’individualité, moyennant une introspection à caractère psycho-affectif, symbolique, spirituel.  A ce titre, il requiert le recours à une typologie des archétypes fondateurs de l’individualité et de l’altérité, de la masculinité et de la féminité, de la citoyenneté et de l’identité culturelle… En quoi le statut d’individu, de garçon ou de fille, de jeune ou de moins jeune, de citoyen, de différent et d’étranger… est-il convoqué dans l’exercice de la lecture littéraire? Par la réponse à ces problématiques, la didactique des Lettres contribue à un exercice réfléchi de l’intersubjectivité, et ce faisant, de la subjectivité.

Pour conclure, l’intégration des différentes composantes du français et des Lettres, dans une approche plus « en système » de la langue-culture nationale : telle semble être l’une des conditions de la refondation[16] et du recentrage à terme de la discipline. A ce titre, cette discipline fondamentale affirmerait sa créativité propre à l’échelle du système éducatif. Côté société, des signaux de la légitimité de cette démarche se sont manifestés récemment avec la reconnaissance nationale en 2008 de la portée humaniste de l’œuvre littéraire d’Aimé Césaire.  La consécration au festival de Cannes du docu-fiction Entre les murs, concernant la vie d’une classe de banlieue en cours de français tout comme l’attribution du prix Nobel de littérature à l’œuvre cosmopolite de JM Le Clézio sont autant d’expressions d’une aspiration forte à la renaissance, dans le concert des nations culturelles du monde.

Propositions (résumé)

  1. Reconnaissance institutionnelle des valences ou spécialités académiques des Lettres Modernes : littérature comparée, littératures francophone et européenne, sciences du langage, Français langue étrangère/Français langue seconde (FLE/FLE), sciences humaines et sociales…
  2. Création d’IREF (Instituts de Recherche-Enseignement en Français) et élargissement du  vivier d’enseignants-chercheurs dans la discipline
  3. Création de sites et listes de diffusion académiques d’expression et de dialogue des enseignants ; création de sites et listes d’animation disciplinaire en Français et Lettres
  4. Création d’un pôle d’excellence et de spécialités propres à la filière L (enseignement des Lettres): programmes, épreuves, manuels spécifiques…
  5. mise en œuvre du rapport de l’IGEN (2006) pour la filière littéraire ; dans la cadre du socle des connaissances et des compétences, élargissement et adaptation des dominantes préconisées par l’IGEN pour la filière littéraire (sciences humaines, sciences du langage…) à l’enseignement du français dans le Secondaire
  6. mise en place de pôles pilotes à caractère expérimental en matière de FLE et de littérature francophone (banlieues, DOM-TOM…) et centralisation des données de l’expertise.
  7. approfondissement de l’éducation à la citoyenneté en français et en Lettres: renforcement des programmes en collège dans ce domaine (dans le cadre du socle commun des connaissances et des compétences)
  8. Renforcement des enseignements interculturels en Français, dans le temps (Lettres Classiques) et dans l’espace (Lettres Modernes) ; formation aux littératures régionales, francophone et européenne ; collaboration avec le FLE/FLS et réinvestissement des acquis de la Coopération enseignante
  9. Evaluation des manuels proposés sur le marché depuis une décennie (enquête nationale auprès des professeurs) : respect des nouveaux programmes littéraires (littérature européenne et francophone…), degré de fiabilité (méthodologie…).
  10. création d’un institut international de la Francophonie dont l’objectif est de favoriser la diversité culturelle et la recherche-création-enseignement en6- mise en œuvre du rapport de l’IGEN (2006) pour la filière littéraire ; dans la cadre du socle des connaissances et des compétences, élargissement et adaptation des dominantes préconisées par l’IGEN pour la filière littéraire (sciences humaines, sciences du langage…) à l’enseignement du français dans le Secondaire français sous tous ses statuts : FLM, FLE, FLS et la diversité . Promotion des différentes sciences et humanités associées: littérature comparée, anthropologie culturelle et de genre, sémiologie, ethno-linguistique, ethno-sociologie, histoire des idées et des cultures, géo-politique, macro-économie, droit international…

[1] Animatrice du blog de recherche-formation Pour la promotion du français et des Lettres. http://pfl.hypotheses.org

[2] Le portail des IREM : www.univ-irem.fr

[3] Luc Ferry, Lettre à ceux qui aiment l’Ecole (SCEREN-CNDP, 2003) p.17-18.

[4] Collectif national FLE-FLS (Chantal Forestal), Livre blanc de la langue-culture française et de son enseignement en France et à l’étranger, p.3 :

Dans le secteur public, les enseignants spécialisés FLE/FLS ne peuvent être titulaires puisqu’ aucun type de concours de la fonction publique ne leur est spécifiquement destiné. Ces enseignants sont donc agents non titulaires, pour l’immense majorité en contrat à durée déterminée, sans aucun espoir d’avenir professionnel et quel que soit le type d’organisme pour lequel ils travaillent : universités, collectivités et entreprises publiques, ministères de l’Éducation ou de l’Agriculture. Mal reconnus bien que parfaitement formés, ils assurent des missions pérennes, et prouvent chaque jour par leurs compétences, leur expérience et leur investissement qu’ils sont un élément indispensable au bon fonctionnement d’une véritable mission de service public, à savoir l’accueil et la formation de personnes désireuses d’apprendre le français pour vivre et s’intégrer en France, pour participer aux échanges économiques internationaux ou encore simplement pour découvrir et diffuser la culture française. Ils servent donc l’intérêt général et contribuent au bien-être à la fois matériel et culturel des populations françaises et francophones du monde entier.

[5] Rapport de l’Inspection Générale de l’Education nationale (2006), Evaluation des mesures prises pour réévaluer la filière littéraire en lycée (2006) p.7.

Longtemps majoritaire, la série littéraire de l’enseignement secondaire (série L) a connu, durant les récentes décennies et singulièrement  au cours des dernières années, une érosion marquée de ses effectifs. En quinze ans, ils ont baissé de 28% cependant que ceux de la série ES augmentaient de 18%, ceux de la série S de 4%.

En outre, ce recul quantitatif se double d’une dégradation qualitative : loin d’attirer les meilleurs éléments des classes de seconde, elle apparaît trop souvent comme un refuge pour des élèves en délicatesse avec les disciplines scientifiques et amenés là par défaut plutôt que par goût pour les enseignements littéraires. Un telle évolution n’est pas sans conséquence sur l’image de la série, dont la représentation a suivi la même pente déclinante que la statistique.

Les enjeux ne sont pas minces. Derrière le déclin de cette formation se profile en effet une autre menace, celle de voir disparaître un pan essentiel de notre tradition et de notre culture. Or ce patrimoine représente une certaine vision du monde, un mode d’expression original de l’expérience humaine. Plus simplement, il nourrit une approche intellectuelle profitable à un fonctionnement social équilibré –particulièrement utile dans un monde où l’information et la communication exercent un rôle décisif.

[6] Alain Boissinot, Les enjeux des disciplines, in Perspectives actuelles de l’enseignement du français, p.34 (Direction de l’enseignement scolaire, 2001).

[7]  Rapport de l’Inspection Générale, opus cité, p. 76.

[8]  Edgar Morin, La méthode (5- L’humanité de l’humanité) p. 112-113.

[9]  Direction de l’enseignement scolaire Perspectives actuelles de l’enseignement du français, (2001).

[10] Alain Boissinot, Présentation des Perspectives actuelles de l’enseignement du français (p.7 et 35).

[12] L’œuvre d’Aimé Césaire, Le discours sur le néocolonialisme, n’avait pas été reconduite en 1994 en terminale littéraire, sur une intervention extérieure à la discipline, émanant de quelques élus nostalgiques de l’ère coloniale. Après l’étude d’Ethiopiques de Senghor qui lui a succédé, aucune autre œuvre francophone n’a été mise au programme. http://www.lianes.org/index.php?action=article&id_article=455861. Pétition pour l’enseignement des littératures francophones en France (2007).

[13]  www.dglf.culture.gouv.fr: en 2001, la Délégation générale à la langue française est devenue Délégation générale à la langue française et aux langues de France pour marquer la reconnaissance par l’Etat de la diversité linguistique de notre pays.

[14] AssociationCourriel »:http://www.courriel-languefrancaise.org/ . Manifeste progressiste pour la défense de la langue française : http://www.defenselanguefrancaise.orghttp://petition.hermespublishing.com Dans un appel à l’AERES (l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), plus de 10 000 chercheurs français et francophones demandent à pouvoir publier dans leur propre langue. La remise en cause de son statut de langue scientifique internationale est une première étape vers d’autres régressions: régression orthographique du fait de l’usage anarchique par les jeunes du code branché des SMS, régression littéraire du fait de la diminution et des créateurs de qualité et du lectorat juvénile…

[15] Annie Rouxel et Gérard  Langlade, Le sujet lecteur (lecture subjective et enseignement de la littérature), p.11 (PUR, 2006).

[16] Marc Baconnet, Points de vue sur l’enseignement du Français, in Perspectives actuelles de l’enseignement du français, p.17.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *