Pour une épistémologie du littéraire II – Bilan

L’objectif du séminaire était d’examiner les conditions de possibilité d’une épistémologie prenant pour base les études littéraires. Suite à l’étude systématique du présent de la discipline réalisée pendant l’année 2011-2012, le travail s’est concentré cette année sur différents aspects qui marquent le fonctionnement des études littéraires dans la topographie académique et sociale actuelle. Le premier point abordé fut l’initiation à la recherche, et le rôle que joue la notion de valeur dans la communauté intellectuelle, ce qui a permis de mettre en évidence un moment spécifique de la carrière des chercheurs sur lequel on s’arrête rarement. La question de la valeur littéraire et la valeur critique amena à réflechir au rapport qui s’établit, de façon implicite la plupart du temps, entre les corpus et les théories. Un deuxième moment proposa un retour sur la notion de discipline, ainsi que sur le mode de fonctionnement de l’interdisciplinarité et de la spécialisation, non plus posés en termes d’opposition mais dans le cadre d’une histoire du développement disciplinaire depuis la fin du XIXe siècle. Ainsi historicisée, la question amena a reconsidérer les rapports entre innovation et tradition, à partir des travaux des philosophes et des historiens des sciences. Une remise à l’épreuve de la notion d’auteur, qui reste essentielle aux études littéraires malgré la série de questionnements auxquels elle a été soumise depuis plusieurs décennies, a été menée à partir d’un croisement interdisciplinaire entre spécialistes du monde classique, ethnomusicologues et littéraires a permis de faire surgir les enjeux actuels de cette figure traditionnelle. Le problème de la diffusion du savoir en sciences humaines et sociales a été étudié à partir d’une réflexion sur les rapports entre recherche et enseignement, mettant en évidence les spécificités qui marquent les dispositifs français engagés dans ce processus scientifique. Un dernier moment proposa une réflexion théorique sur les méthodes comparatistes en littérature, à partir du travail concret sur la littérature et la gestion du littéraire sous la contrainte, en Argentine (1966-1984) et en Roumanie sous le régime communiste ; cette démarche a permis de montrer la productivité des croisements comparatistes, y compris au niveau de la réflexion théorique et épistémologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *